Jolies rencontres

Ines Mélia

dimanche 17 octobre 2021

A l'occasion du thème "Book Club" de la nouvelle collection Sessùn Automne - Hiver 2021, Sessùn Alma reçoit l'artiste Inès Mélia à Marseille, pour une exposition personnelle - première de l'artiste - mêlant l'humour et la douceur si bien évoquées dans son titre "Le délire délivre".

Quel est ton parcours ?
J’ai étudié l’histoire de l’art à Paris, ensuite j'ai travaillé pour une galerie et, aux côtés de Jérôme Sans. En parallèle, je mixais et produisais des bandes sons pour la mode. J’ai orienté mes recherches sur le sonore en créant le Brouhaha, un compte Instagram audio et une bibliothèque de sons improbables, glanés dans le monde entier. La peinture et la musique font partie de ma vie depuis toujours !
QUAND ET COMMENT AS-TU DÉVELOPPÉ TA FIBRE ARTISTIQUE ?
Je crois que ça a toujours été là, mon imaginaire me semble souvent plus réel que le réel ! Depuis mon enfance, j’aime bricoler des choses et faire de la peinture.
COMMENT DÉCRIRAIS-TU TON PROCESSUS CRÉATIF ?
Le plus souvent une idée me vient et je cherche le médium le plus adapté pour la réaliser.
LE THÈME DU QUOTIDIEN ET DE LA VIE DOMESTIQUE EST TRÈS PRÉSENT DANS TA PRATIQUE, PEUX-TU NOUS EN PARLER ?
N’ayant plus d’atelier, je me suis intéressée au thème de la vie domestique étant contrainte de travailler et de peindre chez moi. Je crée des sculptures éphémères avec les choses à ma disposition dans mon appartement, comme de la vaisselle de famille, du fromage, des livres… J’aime cette idée du décalage avec ce qui nous entoure et qui nous est familier, l’infra-ordinaire comme le nomme Georges Perec.
QUELLES SONT TES PRINCIPALES INSPIRATIONS, TES COURANTS OU ARTISTES FAVORIS ?
L’humour et le jeu sont essentiels, j’aime beaucoup Memphis la vision d’Ettore Sottsass, son attitude, une certaine dérision appliquée à toutes choses. Mes inspirations sont multiples et sans aucune hiérarchie. En ce moment je lis de la poésie : Georges Perros, tout en terminant la dernière saison de Breaking bad !
TON EXPOSITION " LE DÉLIRE DÉLIVRE » PORTE SUR L’OBJET LIVRE : QUE SYMBOLISE-T-IL POUR TOI ?
Le livre est très intéressant car il contient une multitude de sens et une symbolique extrêmement forte en tant qu'objet vecteur de savoir. Paradoxalement le livre nous élève mais il peut également nous faire peur, nous mettre à distance. Je m’amuse beaucoup avec cette idée que le livre est un objet sacré, une chapelle, quelque chose de sérieux que l’on manipule avec délicatesse. Sur Instagram il y a une mode de l'objet livre utilisé comme décoration. Après tout, le livre est-il un médium comme un autre.. est-on autorisé à faire des sculptures en livres, à les mutiler ?
EN TANT QU’ARTISTE, AS-TU DÉJÀ CONNU LE SYNDROME DE LA PAGE BLANCHE ? SI OUI, QUE FAIS-TU POUR RETROUVER L’INSPIRATION ?
Bien sûr il m’arrive de ne pas être inspirée mais je ne connais pas la frustration de la page blanche, je ne démarre jamais de zéro en fait. Plus ou moins consciemment je m’impose une contrainte, une orientation. En ce sens je me sens assez proche de L’Oulipo, ce groupe dont Georges Perec fait partie et dont le livre ‘La disparition’ écrit sans la lettre E est un exemple formidable d’une contrainte extrême qui pousse au dépassement.
COMMENT S’EST PASSÉE TA RENCONTRE AVEC SESSUN ET QUELLE RELATION AS-TU FINALEMENT TISSÉE AVEC NOUS ?
Avec Sessùn, c’est d’abord une affaire de rencontre, Emma la créatrice de la marque est une amie. Je suis très sensible à sa vision poétique et à l’univers qu’elle a créé autour de ses passions : la mode mais également le voyage, le goût de l’artisanat et du savoir-faire que je partage avec elle.
Dans cette exposition, on peut retrouver des sculptures verticales de livres anciens, semblables à de petites forteresses fragiles, mais aussi une peinture monumentale faite en forme de livres, ou encore tes fameux Tissus Books : comment sont apparues ces oeuvres protéiformes et comment s’insèrent-elles dans ta pratique ?
Mon travail est polysémique et conceptuel, il y a plusieurs degrés de lecture. Ce qui m’amuse c’est l’ironie de créer des sculptures avec des livres comme si c’était un matériau comme un autre. La tour évoque l’accumulation du savoir, alors même que le livre est chosifié, elle est le symbole de l’élévation. Le livre apparaît alors, comme ultime ressource, comme une évasion à la vie matérielle.
AS-TU D’AUTRES PROJETS EN CE MOMENT OU À VENIR ?
Mon premier livre : The Domestic Life vient de sortir, il est édité par Rvb books !

Découvrez l'exposition "LE DÉLIRE DÉLIVRE" dés le 21 octobre chez Sessùn Alma à Marseille.

Photographies digitales et argentiques réalisées par Timothé Chambovet

Vous aimerez aussi
Charlotte Lapalus
Jolies rencontres
mercredi 24 novembre 2021
Charlotte Lapalus est une photographe de cœur et une artiste à part entière qui sort cette année son premier livre : "Marlène". L'occasion pour nous de s'entretenir avec elle sur ses inspirations, ses projets.
Lire la suite
Jaune Architecture
Jolies rencontres
samedi 20 novembre 2021
Nous avons rencontré Marine et Paula, fondatrices du studio d'architecture JAUNE au Moulin de Lourmarin, l'occasion pour nous de vous faire découvrir ce projet et ses inspirations.
Lire la suite
Alice Moireau
Jolies rencontres
jeudi 9 septembre 2021
Au détour d'un retour de marché, nous avons posé quelques questions à la talentueuse Alice Moireau.
Lire la suite
paiement sécurisé

Visa, Mastercard, Amex, Paypal et paiement 3 fois sans frais disponible

expédition sous 24 heures

Hors week-end, jour férié, soldes et lancement de collection

retour facile

20 jours ouvrés dès réception de votre commande. Offert en France métropolitaine

service client

du lundi au vendredi de 8h à 18h30 à l'adresse hello@sessun.com ou par téléphone au 04 86 06 36 04