Rencontres

Louise Follain

Lundi 24 juillet 2023

CRÉDIT PHOTOS : Daphné Gikel

Passionnée depuis toujours par la mode et l’image, Louise Follain a d’abord imaginé la revue Combo comme une archive de ses propres souvenirs, capturés au fil de ses projets et de ses voyages. C’est ensuite à force d'échanges avec sa communauté, et grâce à la vision de Léa Bigot, aujourd’hui directrice artistique de Combo, qu’est née l’idée d’un projet collectif, réunissant toute une communauté d’artistes et de créatifs. À l’occasion de la collaboration entre Sessùn et Combo, nous avons rencontré Louise Follain dans son appartement parisien.

Photographe, modèle, aujourd’hui créatrice... Qui es-tu, Louise Follain ?

Je suis née à Paris, j’ai 27 ans. Je vis actuellement entre Paris et Londres. J’ai toujours été passionnée de mode et d’image. Je baigne dans cet univers depuis petite. Mes grands parents sont artistes - peintre et sculptrice, ma mère illustratrice. La mode est ma toute première passion. Petite, je découpais des silhouettes dans les Marie Claire de ma grand-mère pour les coller dans des petits carnets de style.

Parle-nous de la création et de l’essence de Combo.

Grâce aux mannequinat, j’ai pu voyager partout dans le monde. C’est comme ça que j’ai commencé la photographie. Au moment de la pandémie, j’ai dû m'arrêter et j’ai enfin pu me poser et digérer tout ce que j’avais vécu, archiver mes images… J’ai eu envie de les publier. En faisant des recherches de mise en page, j’ai sollicité des gens autour de moi pour qu’ils interprètent mes images. De là, j’ai réalisé que je n’avais pas envie de faire un objet autour de mon travail uniquement, mais de rassembler les visions et les personnes qui m’inspirent, et de créer une plateforme, un objet tangible, physique, qui cristallisait l’état d’esprit de cette année si marquante. J’avais aussi très envie de rompre avec la surconsommation d’images digitales.

Quelle place occupe la rencontre dans ce projet ?

La rencontre est l’essence même du projet. Combo est aussi né d’un grand cadavre exquis, que j’ai initié au début du confinement, sur Instagram. De là est née une histoire si belle et poétique ! J’ai eu comme un déclic quant à la force créatrice du collectif, et surtout sur l’inattendu qui résulte lorsque l’on mixe différentes visions et esprits. D'où le titre, Combo, qui vient de Combinaison - Combination en anglais. L’autre rencontre importante de ce projet a été celle avec Léa Bigot, graphiste et directrice artistique de Combo, et de cette collection - également sculptrice. Sans elle ce projet n’aurait jamais pris forme !

Ton univers est très solaire, empreint de références vintage, souvent liées à des cultures lointaines. Quelles sont tes inspirations ?

Les voyages. Ceux qui m’ont le plus marquée sont le Mexique, la Jamaïque et Cuba. Les années 1970 m’inspirent beaucoup… Quand je ne voyage pas physiquement, c’est par la musique, ou par les livres… que j’ai pour la plupart dénichés au cours de ces voyages !

Peux-tu nous partager ton dernier coup de cœur créatif ?

J’ai découvert l'œuvre de Baya le mois dernier lors de sa rétrospective à Marseille. Son univers m’a beaucoup touchée. J’aime énormément l’art brut et l’art naïf. J’habite à côté de la Halle Saint-Pierre à Paris et je viens très souvent m’y réfugier pour m’inspirer.

Quel est ton rapport au vêtement ?

C’est avant tout grâce au vêtement que je m’exprime. J’aime lire les gens à travers ce qu’ils portent, et j’aime exprimer mon humeur grâce au vêtement. Je pense qu’il faut savoir s’amuser avec. J’aime Londres pour ça, son excentricité sans limite, très différente de Paris…

Comment s’est faite ta rencontre avec Sessùn ?

Grâce à Léa, qui avait déjà travaillé avec Sessun en tant que sculptrice. C’est elle qui a fait le lien et nous a introduit à Emma François, et de là tout a été très organique.

Comment s’est passée la création de cette collaboration avec Sessùn ? 

Comme pour le magazine : en général, je donne l’impulsion, le thème, les inspirations… Puis c’est Léa qui a dessiné les différents motifs et pièces de la collection, après une journée passée dans les bureaux de Sessùn où nous avons déterminé les pièces que nous souhaitions créer, avec Emma et l’équipe style de Sessùn.

Quelle partie de l’univers de Combo as-tu infusé dans la collection ?

Sa devise “Live Play Dream”, qui transparaît à travers trois thèmes : le voyage, le jeu, et le rêve. Thèmes que l’on retrouve en permanence dans les pages de Combo.

Quelle est ta pièce préférée de la capsule ?

La veste Drielly, la plus emblématique ! J’adore le dessin de Léa et sa broderie au dos… mais aussi l’ensemble en laine Jojo et Panty Jo, qu’on a envie de porter toute l’année !

Que peut-on te souhaiter pour la suite ?

Que les choses continuent comme ça ! De pouvoir continuer à rassembler mes passions autour d’un même projet, de le voir s’étendre et toucher de nouvelles sphères…

Vous aimerez aussi
Capucine Guhur
Rencontres
lundi 19 février 2024
Nous avons rencontré l’architecte et designer Capucine Guhur, gagnante de la première édition du Sessùn Craft Prize.
Lire la suite
Guylène Galantine
Rencontres
jeudi 19 octobre 2023
Rencontre avec la céramiste Guylène Galantine dans son atelier de Roubaix.
Lire la suite
Héloïse Busquet
Rencontres
vendredi 8 septembre 2023
À l’occasion de sa résidence chez Sessùn Alma, jusqu’au 25 novembre 2023, nous avons rencontré Héloïse Busquet entre deux services.
Lire la suite